Le traitement et la valorisation des boues d’épuration /

  undefined undefined 
  Unité de séchage des boues 

Les efforts accomplis par HAGANIS pour préserver le milieu naturel en développant des performances épuratoires élevées entraînent la production importante de boues : 7 617 tonnes de matière sèche en 2017, qui nécessitent un traitement efficace à leur tour.

Peu de matière et beaucoup d’eau

Les boues d’épuration ont deux origines :

  • les boues primaires constituées de particules qui se sont déposées au fond des décanteurs,
  • et les boues biologiques, essentiellement constituées des micro-organismes cultivés dans les ouvrages de traitement biologique, augmentées des boues de déphosphatation.

Toutes ces boues sont produites à l’état liquide. Elles subissent donc diverses opérations destinées à les épaissir pour les rendre aisément transportables.

  • Les boues primaires sont déshydratées par les rouleaux presseurs de filtres à bandes qui retiennent les particules.
  • Quant aux boues biologiques et phosphorées, elles sont stabilisées par adjonction de chlorure ferrique et de chaux, et sont déshydratées par des filtres-presses.

Une fois déshydratées, les boues se présentent sous la forme d’un matériau pelletable, de consistance analogue à celle de la terre, d’une siccité de l’ordre de 27 % : une tonne de boue contient donc encore plus de 700 kg d’eau.

Qualité de ce qui est sec.

undefined undefined

Les filières de valorisation

Privilégier l’épandage

Un effort soutenu est développé pour optimiser les filières de valorisation et ne recourir à l’enfouissement qu’en ultime recours.

Les boues sont chargées pour être valorisées en agriculture
Les boues sont chargées pour être valorisées en agriculture
  • 47,5 % des boues sont valorisées en épandage agricole
  • 41,8 % en compostage en mélange avec des déchets végétaux
  • 10,7 % font l'objet d'une méthanisation.

Pour la 11ème année consécutive, HAGANIS n’a pas eu recours à l’enfouissement pour éliminer les boues d’épuration.

Le recyclage agricole pour lutter contre l’appauvrissement des sols

Le retour au sol est la destination la plus naturelle et la plus durable pour des matières organiques de qualité contrôlée. Le recyclage agricole des boues est donc la filière prioritairement mise en œuvre par HAGANIS avec son prestataire TERRALYS.

Rigoureusement contrôlées, de bonne valeur agronomique, elles contiennent des fertilisants nécessaires aux cultures (phosphore et azote notamment) et leur épandage permet de réduire l’utilisation des engrais minéraux. De plus, leur richesse en matière organique permet de lutter efficacement contre l’appauvrissement des sols. Enfin, riches en chaux, elles offrent aussi la charge de calcium appréciée des cultivateurs sur les sols argileux du plateau lorrain.

Le contrôle analytique des boues

Outre le suivi quotidien par le laboratoire d’HAGANIS, les tonnages destinés au recyclage agricole sont l’objet d’analyses réalisées par un laboratoire extérieur, portant particulièrement sur la valeur fertilisante, les éléments-traces métalliques, les PCB et les autres micropolluants organiques. Tous les contrôles ont confirmé la bonne qualité des boues. En effet, les valeurs des concentrations maximales mesurées sur les échantillons sont toujours inférieures aux limites réglementaires.

HAGANIS a fait également le choix d’appliquer ce même contrôle aux boues destinées au compostage. Les résultats des analyses ont montré la bonne qualité de celles-ci.

Récapitulatif des analyses des boues valorisées par l’agriculture en mg/kg de matière sèche (Exercice 2015)
MÉTAUX Cd Cr Cu Hg Ni Pb Zn Cr+Cu+Ni+Zn
Moyenne 2017 0,5
18,8
237,3
0,2
10,2 14,6 367,5
602,2
Valeur MAX. 2016 0,7
21,4
282
0,3
12,9
27,1
454
737
Valeur limite autorisée 10 1 000 1 000 10 200 800 3 000 4 000

Composés Organiques 7 PCB Fluoranthène Benzo(b)fluoranthène Benzo(a)pyrène
Moyenne 2016 0,1 0,1 0,1 0,1
Valeur MAX. 2016 0,1 0,2
0,4 0,2
Valeur limite autorisée 0,8 5,0 2,5 2,0

Un sécheur de boues

HAGANIS dispose d'une unité de séchage des boues
Unité de séchage des boues

Toutefois l’épandage n’est possible que quelques mois par an, avec des conditions météo favorables. La nécessité de diversification et de sécurisation des débouchés a conduit à la construction d’un sécheur. Par ailleurs, l’acquisition d’une centrifugeuse assure désormais la déshydratation des boues sans adjonction de chaux pour l’alimentation du sécheur et la production de granulés secs.

Ainsi, en passant de 30 % à plus de 90 % de matière sèche, les boues perdent 2/3 de leur masse. Leur transport et leur stockage deviennent économiques et conformes aux impératifs environnementaux.

De plus, les “pellets” produits ont un bon pouvoir calorifique et sont adaptés à une valorisation énergétique en substitution aux énergies fossiles.