Les étapes du tri à l’UTM /

Des machines et des hommes

Le traitement est effectué sur deux lignes de tri mécanisées comportant des équipements de pointe : alimentation automatique, ouvre-sacs, crible rotatif, crible densitométrique, séparateur magnétique, séparateur optique, presses à paquets et à balles...
Le tri est donc réalisé en grande partie par des dispositifs automatiques, mais à différents stades des processus, les hommes et les femmes sont indispensables pour contrôler les processus et garantir la qualité des produits triés.

Schéma synoptique des chaînes de tri
Schéma synoptique des chaînes de tri des matériaux à recycler
  • Les bennes de collectes déversent leur contenu sur une aire de stockage équipée d’un fond mouvant alternatif qui alimente un convoyeur.
  • Un premier poste de pré-tri permet de séparer des refus et les cartons de grandes dimensions
  • Les sacs de collecte sont déchirés par les couteaux d’un ouvre-sacs, puis sont séparés manuellement. Aucune filière industrielle n’assure leur recyclage, les sacs sont donc acheminés avec les refus de tri, vers l’unité de valorisation énergétique.

Le contenu des sacs se déverse dans un crible rotatif, qui sépare deux fractions :

  • Les gros emballages (fraction supérieure à 180 mm) sont emportés par une bande transporteuse en cabine de tri manuel pour un sur-tri des journaux-revues-magazines.
  • La fraction inférieure à 180 mm passe par un “crible à disques”, qui sépare trois fractions :
    • Les “fines” sont des déchets trop petits pour être recyclés, elles rejoignent le convoyeur des refus de tri.
    • Les corps plats : cartonnettes et papier “gros de magasin” aboutissent en cabine de tri sur une bande transporteuse.
    • Les corps creux passent par un électro-aimant qui sépare les boîtes d’acier. Celles-ci tombent dans une presse qui forme des paquets d’une vingtaine de kilos. Le reste du flux passe par une “trieuse visuelle à buse” : une cellule photo-électrique détecte les bouteilles de polyéthylène azuré et déclenche un jet d’air comprimé qui les sépare.

Le tri des deux fractions est encore affiné à la main. Les différents matériaux aboutissent dans leurs alvéoles de stockage respectives, sous les cabines de tri. Lorsque le stock est suffisant, il est poussé, par un chargeur sur pneus, sur le convoyeur d’alimentation d’une presse qui forme des balles de 200 à 800 kg.

Ces paquets de matériaux prêts au recyclage sont stockés avant livraison aux industries spécialisées.

Par ailleurs, une benne à fond mouvant alternatif permet le stockage du papier en vrac et son chargement directement dans un camion ou un conteneur de transport.